...

Jeux d'argent a plusieurs visages. D'une part, cela peut être une sorte de loisir agréable, mais d'autre part, cela peut devenir une dépendance. Certaines personnes peuvent profiter du jeu de manière décontractée et saine, tandis que d'autres peuvent devenir dépendantes et incapables de s'arrêter.

Dans cet article, nous examinons la nature addictive du jeu, ce qui le fait se développer et pourquoi certaines personnes y sont plus sensibles que d'autres.

Pourquoi le jeu conduit-il parfois à la dépendance, alors que pour d'autres c'est un passe-temps amusant ? Cela peut s'expliquer en partie par le fait que les individus ont des expériences variées avec le jeu. Le Dr Robert L. Custer, l'un des fondateurs de la thérapie du jeu pathologique, a identifié six types de joueurs.

  • Joueurs professionnels
  • Joueurs de personnalité
  • Joueurs sociaux occasionnels
  • Les joueurs sociaux sérieux
  • Joueurs d'évasion
  • Joueurs compulsifs

Remarque : Le jeu problématique a été reclassé comme une dépendance plutôt que comme un comportement compulsif depuis les écrits de Custer dans les années 1980. Néanmoins, la classification des joueurs problématiques de Custer est encore tout à fait pertinente aujourd'hui.

Les raisons de participer au jeu sont diverses et chaque groupe a sa propre motivation qui détermine si une personne développe ou non une dépendance au jeu.

Joueurs professionnels

Pour les joueurs professionnels, le jeu n'est pas un passe-temps ; c'est un travail ainsi que leur principale source de revenus. Le jeu est une profession pour ces personnes, ainsi qu'une partie importante de leur source de revenus. Parce que ces jeux sont conçus pour favoriser le casino et lui donner un avantage, les joueurs qui exploitent professionnellement bonus de casino ou compter les cartes au blackjack sont rares dans jeux de casino en ligne contre la maison. Cependant, les joueurs qui abusent professionnellement des bonus de casino ou qui comptent les cartes au blackjack peuvent être considérés comme une sous-catégorie distincte de joueurs professionnels.

Remarque : Un joueur professionnel est une personne qui joue pour gagner sa vie. Un joueur de poker professionnel est l'exemple le plus fréquent d'un joueur professionnel. Parce que les joueurs s'affrontent plutôt que contre la maison, il est possible de gagner de l'argent en jouant au poker. Néanmoins, devenir un joueur de poker constamment rentable demande du temps et du dévouement.

Les joueurs habiles ont peu de chances de devenir dépendants. Ils misent sur une approche méthodique et systématique, avec une stratégie et un plan bien définis. Leurs motifs de jeu sont également distincts de ceux du joueur typique.

Joueurs antisociaux/de personnalité

Les joueurs antisociaux/personnalisés, comme les joueurs professionnels, considèrent le jeu comme une source de revenus. Contrairement à leurs homologues professionnels, ces joueurs sont plus susceptibles d'employer des méthodes illégales pour en tirer profit. Ces joueurs recherchent des méthodes qui leur donneront un avantage sur la maison et n'ont pas peur d'enfreindre la loi si nécessaire. Ils utilisent des techniques telles que le trucage de matchs dans les paris sportifs, l'utilisation de cartes marquées dans les jeux de table, etc.

Les joueurs qui sont alimentés par leur personnalité acquièrent rarement une dépendance au jeu. Cependant, si leurs activités illégales les mettent dans une situation dangereuse, ils peuvent utiliser la dépendance au jeu comme excuse.

Joueurs sociaux occasionnels

Les joueurs occasionnels, quant à eux, y voient une forme de divertissement. Ils rejoignent fréquemment leurs amis dans des activités liées au jeu, utilisent le jeu pour socialiser, se détendent de leur routine quotidienne, etc.

Dans le cas de ce type de joueur, le jeu a peu d'impact négatif. Leurs vies personnelles et professionnelles ne sont pas significativement impactées par leur passe-temps. Les joueurs sociaux occasionnels ont une attitude saine et équilibrée envers le jeu par rapport aux autres types de joueurs.

Les joueurs sociaux sérieux

Les joueurs sociaux sérieux sont comparables à leurs homologues « non sérieux » moins sérieux, mais ils sont beaucoup plus engagés. Le jeu est l'une des formes de divertissement les plus répandues et l'un des moyens les plus populaires pour les joueurs sociaux sérieux de passer leur temps libre. Cependant, la famille, les amis ou le travail viennent au-dessus sur la liste. Ils ont la capacité de changer la fréquence à laquelle ils jouent.

Joueurs de secours et d'évasion

Les joueurs de secours et d'évasion utilisent le jeu pour bloquer la méchanceté de leur vie, tandis que les joueurs sociaux occasionnels et sérieux jouent pour s'amuser. Cela peut être n'importe quoi, y compris des sentiments d'ennui, de solitude, de rage ou de désespoir. Si la santé mentale d'un joueur se détériore mais qu'il n'a aucun moyen constructif d'aborder ces idées et sentiments désagréables, son comportement de jeu est susceptible de se développer également. Dans le pire des cas, ils pourraient devenir dépendants.

Joueurs compulsifs

Les joueurs compulsifs (également appelés joueurs compulsifs ou accros au jeu) n'ont plus aucun contrôle sur leurs habitudes de jeu. Le jeu est l'activité la plus importante de leur vie, et ils sont prêts à payer n'importe quel prix et à faire n'importe quel sacrifice pour jouer encore plus. Ils sont impactés négativement par les jeux.

Dans les sections qui suivent, nous passerons en revue les étapes de la dépendance au jeu en détail. Nous discuterons également des joueurs compulsifs, des joueurs problématiques et des toxicomanes.

Est-ce juste une question d'argent ?

En conclusion, non, ce n'est pas le cas. Certains chercheurs ont affirmé que l'argent pourrait être le moteur de la dépendance d'un joueur compulsif. Après un certain temps, des études ont révélé que ce n'était pas du tout le cas. Et la croyance que les personnes dépendantes sont obsédées par une vision de grande richesse et de luxe est non seulement incorrecte, mais peut également exacerber leurs problèmes.

Cela ne veut pas dire que l'argent n'est pas essentiel dans la vie d'une personne dépendante au jeu, mais ce n'est pas la cause profonde. Dans les sections qui suivent, nous examinons les causes biologiques et psychologiques de la dépendance au jeu.

Le cycle financier d'un joueur problématique

Avant d'aborder la façon dont les habitudes de jeu problématiques affectent la réussite financière, examinons comment la dépendance au jeu affecte les finances personnelles. Le Dr Henry Lesieur a développé le cycle financier suivant largement accepté pour un joueur problématique. Si vous reconnaissez l'un des traits énumérés ci-dessous en vous-même, lisez notre article sur le diagnostic et les symptômes du jeu problématique pour vous assurer que vous ne commencez aucune habitude potentiellement dangereuse.

Il convient de noter que ce cycle financier est appelé un « cycle » pour une raison. Cela peut également être interprété comme une spirale qui se répète indéfiniment, chaque itération plaçant la victime dans des vies de plus en plus difficiles jusqu'à ce qu'elle atteigne le fond. Cependant, s'il n'est pas traité en temps opportun et de manière appropriée, il peut en résulter une incapacité à jouer en raison d'une perte de revenu disponible ou, pire encore, du décès.

La disponibilité de l'argent en tant que facilitateur de jeu

Au début, le joueur dispose de suffisamment d'argent pour jouer autant qu'il le souhaite. A cette époque, leurs paris sont à leur maximum. Ceci est particulièrement dangereux pour les personnes qui ont développé une «résistance» à la baisse des paris et qui ne peuvent plus en tirer le même frisson. Un cas grave de dépendance au jeu peut rapidement consommer la majorité du revenu disponible mensuel d'une personne en jours, parfois même en heures, tout en poursuivant un « high ».

Manque d'argent en tant qu'animateur de jeu

Le joueur compulsif finit par manquer d'argent, même s'il n'est pas encore en faillite. L'anxiété, le regret et la mélancolie sont tous courants à ce stade du cycle. À cette période du cycle, les joueurs dépendants peuvent se sentir obligés de récupérer ce qu'ils ont perdu. Dans le cas des joueurs accros, poursuivre les pertes peut sembler une exigence plutôt qu'une option ; mais il est très peu probable que cela réussisse en leur faveur et entraîne souvent une perte d'argent plus importante.

Le manque de finances comme source d'endettement et de détresse existentielle

Lorsque le joueur dépendant a épuisé tout son argent, cette phase du cycle commence. Les sentiments d'inquiétude et de tristesse conduisent naturellement à un grand désespoir et parfois même à la dépression. Le joueur peut être en mesure d'arrêter complètement pendant une brève période en fonction de la gravité de sa dépendance et de sa volonté. Cependant, comme les joueurs à problèmes très graves peuvent même éprouver des symptômes de sevrage lorsqu'ils ne jouent pas comme s'ils étaient toxicomanes, arrêter de fumer peut devenir de plus en plus difficile.

Le jeu boucle et redémarre lorsque le joueur trouve plus d'argent. Cet argent peut provenir de divers endroits, le moins préjudiciable étant leur salaire et, par ordre croissant de préoccupation, en empruntant à la famille, aux amis, aux banques, aux usuriers ou en se livrant à un comportement illégal.

Qu'est-ce qui cause et perpétue la dépendance au jeu ?

En ce qui concerne les dépendances, il est essentiel de se rappeler qu'elles ne sont pas toujours déclenchées par une seule chose. Ils sont le résultat d'un réseau complexe de causes comprenant des conditions interdépendantes qui produisent des actions compulsives. L'origine peut être séparée dans les groupes suivants : influences biologiques, psychologiques, sociales et spirituelles. Le modèle bio-psycho-social-spirituel de la dépendance est un autre nom pour cette idée.

Nous nous concentrerons sur les deux premiers types de facteurs de dépendance au jeu : biologiques et psychologiques. Ceux-ci sont étayés par des faits et peuvent être blâmés pour la plupart des situations de jeu problématique. Notre objectif est de briser les perceptions erronées de longue date en révélant certaines des idées sous-jacentes derrière cette maladie.

Causes de la dépendance au jeu

Facteurs biologiques

Certains ont défini la dépendance comme une « maladie chronique du cerveau ». Cette définition, bien que précise, est trop simple. Il peut également sembler à un joueur problématique qu'il est impuissant à arrêter sa dépendance puisqu'il est « malade ». Bien sûr, c'est complètement faux. Cependant, cette définition fait un excellent travail en nous fournissant plusieurs informations fascinantes.

La première étape du rétablissement de la dépendance consiste à reconnaître qu'environ 50% de dépendance sont dus à la biologie personnelle. Deuxièmement, l'idée que les individus deviennent dépendants de choses et d'activités n'est pas tout à fait exacte. En fait, ils deviennent dépendants des produits chimiques produits par leur cerveau en réponse à des stimuli externes. Troisièmement, les personnes ayant un cerveau sain sont plus susceptibles de développer une dépendance. Le cerveau des gens est "programmé" pour les encourager à répéter des activités et des expériences agréables, selon les psychologues et les biologistes, ces comportements sont appelés "comportements motivés".

Cependant, le cerveau peut s'adapter à de nouvelles entrées et commencer à les traiter comme des stimuli hautement significatifs, sinon plus, que les stimuli introduits précédemment. C'est ainsi que le corps devient accro. La dépendance influence le cerveau de deux manières : en augmentant progressivement son pouvoir sur nous, et même en y produisant des modifications structurelles. Il y a six contrevenants primaires au travail dans ce processus.

Trois parties du cerveau :

  • Cortex cérébral
  • Amygdale
  • Hypothalamus

Trois substances chimiques dans le cerveau :

  • Sérotonine
  • Dopamine
  • Norépinéphrine

Cortex cérébral

Le cortex cérébral est la zone du cerveau qui contrôle notre capacité à porter des jugements judicieux. Il nous empêche de prendre des décisions ou d'agir par impulsion en provoquant des changements préjudiciables dans le cortex cérébral. Ces changements nous empêchent de faire de bons choix sains, ce qui peut mener à la dépendance.

Amygdale

L'amygdale est liée aux souvenirs et aux émotions. Les souvenirs et les émotions sont stockés dans le cerveau via des connexions entre eux. Un joueur qui joue tous les mercredis après le travail, par exemple, puis sort dîner dans son restaurant préféré, installe une habitude à travers ces associations.

Cependant, si ce joueur décide d'arrêter de jouer et continue à suivre le même régime sans lui, il ressentira des symptômes de sevrage car le cerveau s'attend à une vague de sensations euphoriques. C'est pourquoi si vous continuez à jouer malgré vos intentions, il est possible de rechuter.

L'hypothalamus

L'hypothalamus est étroitement lié à la capacité à faire face au stress. De nombreux joueurs problématiques et joueurs non problématiques utilisent le jeu comme mécanisme d'adaptation, qui l'utilisent tous deux comme un moyen d'échapper à des situations stressantes. Malheureusement, la dépendance réduit la capacité à gérer correctement le stress. Il en résulte un cercle vicieux dans lequel un joueur dépendant cherche davantage à jouer pour gérer son niveau de stress. L'indulgence excessive dans le jeu conduit souvent les joueurs dans des circonstances difficiles, ce qui ajoute à leur fardeau. Cependant, si les habitudes de jeu sont interrompues, les retraits ultérieurs entraînent une détresse encore plus grande.

Sérotonine

La sérotonine est le produit chimique qui rend les gens vraiment heureux. La dopamine, en revanche, est considérée comme une fausse substance « heureuse ». De faibles niveaux de sérotonine peuvent entraîner de la tristesse et même de la dépression. Les personnes dépendantes semblent éprouver des sautes d'humeur plus fréquemment que les autres. La sérotonine a été liée à la motivation et aux comportements motivés (comme manger et boire) chez les humains. Il a été démontré que les joueurs problématiques ont des niveaux de sérotonine plus faibles et des flux perturbés, ce qui peut entraîner des difficultés avec un comportement axé sur un objectif (par exemple, manquer le souper pour pouvoir jouer plus longtemps).

Il est fascinant de noter que la sérotonine a également été fortement associée à la « chasse aux pertes », un comportement qui peut être observé à travers le monde dans toutes les formes de jeu. Il semble que la sérotonine et la dopamine diminuent la sensibilité du joueur au « refus » de perdre. Après une séquence de pertes, la plupart des gens abandonnaient leurs efforts. Un joueur qui est devenu insensible aux émotions désagréables liées à la perte d'argent, en revanche, continuera à chercher beaucoup plus longtemps.

Dopamine

La dopamine est inextricablement liée à la partie amygdale des fonctions cérébrales. La dopamine n'est pas, comme beaucoup le croient, un « produit chimique heureux », mais elle contrôle plutôt les systèmes de récompense de notre cerveau. Lorsque vous faites quelque chose que vous jugez bénéfique, comme faire de l'exercice ou manger sainement, votre corps libère de la dopamine. Ce flot de produits chimiques produit un sentiment d'euphorie qui oblige les gens à répéter l'acte, c'est pourquoi les joueurs récréatifs et problématiques avaient des niveaux de dopamine plus élevés que la normale lorsqu'ils jouaient.

Remarque : La dopamine est un neurotransmetteur important dans le contexte des dépendances. Les personnes atteintes de la maladie de Parkinson, qui est liée à un dysfonctionnement des systèmes dopaminergiques, sont plus susceptibles de devenir dépendantes que n'importe qui d'autre. L'importance de la dopamine continue d'être étudiée.

Noradrénaline

La noradrénaline est un produit chimique qui prépare et motive le corps et le cerveau pour l'action. Il augmente la vigilance et l'éveil, encourage la vigilance, aide au stockage et au rappel des souvenirs et provoque l'agitation et le stress. Naturellement, dans les situations dangereuses lorsque la réponse de combat ou de fuite est activée, les quantités les plus élevées sont observées.

Les joueurs compulsifs et les joueurs non compulsifs semblent avoir plus de noradrénaline lorsqu'ils jouent. C'est peut-être la raison pour laquelle tant de gens sont complètement absorbés et perdus en jouant. De plus, le produit chimique a été lié à la rechute, à la sensibilisation aux récompenses (par laquelle une personne s'intéresse de plus en plus à la même chose), à la recherche d'attention et de sensations.

Dépendance au jeu

Facteurs psychologiques

Le modèle bio-psycho-social-spirituel de la dépendance, comme indiqué précédemment, est un système complexe d'éléments interdépendants connu sous le nom de modèle bio-psycho-social-spirituel de la dépendance. Mais ce sujet va encore plus loin dans le terrier du lapin. Chaque élément a ses propres divisions et méthodes. Cela concerne également les aspects psychologiques de la dépendance.

La recherche d'une approche psychologique unique expliquant la dépendance au jeu s'est révélée infructueuse. La théorie la plus populaire et la plus acceptée est un «modèle intégré» proposé par les conseillers en toxicomanie Blaszczynski et Nower.

Le modèle intégré prend en compte tous les faits applicables de diverses théories psychologiques (apprentissage, cognitif, dépendance, personnalité et psychanalyse) et relie les points entre eux pour construire une théorie complète du sujet. Dans ce cas, Blazczynski et Nower divisent les joueurs problématiques en trois groupes distincts en fonction de la cause potentielle de leur dépendance :

  • Joueurs émotionnellement vulnérables
  • Joueurs au comportement conditionné
  • Joueurs biologiques

L'argument selon lequel tous les joueurs problématiques éprouvent des symptômes similaires de comportements nuisibles est correct, mais la principale source de ces tendances est extrêmement distincte. Les chercheurs, d'autre part, soulignent que de nombreux aspects, tels que les variables environnementales, l'importance centrale de l'excitation du joueur, le conditionnement (processus d'apprentissage qui amènent une personne à réagir à quelque chose d'une certaine manière) et les biais cognitifs (illusions) apparaissent dans chaque groupe.

Joueurs émotionnellement vulnérables

Les joueurs émotionnellement vulnérables jouent pour s'évader et oublier leurs problèmes. Ce type de joueur compulsif est fréquemment perturbé émotionnellement, a de faibles capacités d'adaptation, est socialement retiré et a une faible estime de soi. Les conseils et le traitement des traumatismes émotionnels sous-jacents sont les meilleurs moyens de les aider.

Joueurs au comportement conditionné

Une personne qui souffre de ce type de trouble du jeu est prise dans ses obsessions et ses routines. Ils sont très sensibles aux stimuli environnementaux et passent fréquemment par la même série d'actions. Les consultations avec des experts compétents sont généralement l'approche la plus efficace pour les sortir de ces cycles comportementaux.

Joueurs biologiques

Ces individus sont esclaves de leur câblage biologique. Les causes génétiques et neurochimiques entraînent un besoin quasi constant de stimulation et des comportements impulsifs. Les médicaments, en plus de la thérapie, peuvent aider les joueurs à reprendre le contrôle de leurs propres actions en les aidant à prendre des décisions indépendantes.

Comment la conception de jeux contribue à la dépendance au jeu

En général, les casinos ont un objectif précisément défini. Le but de toutes les activités terrestres et casinos en ligne est d'encourager les joueurs à continuer à jouer et à dépenser de l'argent. Les joueurs qui repartent avec un sentiment positif veulent y rejouer idéalement. C'est ce qu'on appelle « augmenter le nombre de paris effectués par un joueur dans un temps donné ».

Un casino terrestre a un avantage inhérent sur son homologue en ligne. Le casino peut influencer les joueurs par le personnel, l'agencement et le décor d'une manière qu'il ne peut pas faire lorsqu'ils ne sont pas physiquement présents. Les casinos en ligne, quant à eux, utilisent des méthodes uniques pour entrer dans votre tête.

Jetons un coup d'œil aux nombreuses façons dont les développeurs de jeux nous incitent à nous séparer de notre argent durement gagné.

Tokénisation

Lorsque vous échangez une devise contre quelque chose d'autre qui la représente, comme dans la tokenisation, vous réduisez le montant d'argent nécessaire pour effectuer une transaction. Considérez un jeton de poker typique. Cette méthode est populaire parmi les casinos en ligne et dans le monde réel car elle crée une distance mentale en termes de reconnaissance de la valeur réelle de la puce. Cela rend le pari et la dépense de vos jetons moins stressants car vous n'avez pas à penser à combien d'argent vous dépensez réellement.

Gamification

La gamification, comme son nom l'indique, est une forme de motivation inspirée par le jeu. Les méthodes de gamification ont une variété de formes et de formes. Certains casinos en ligne utilisent des classements pour encourager les joueurs à concourir pour les premières places, à prendre des risques plus importants et à jouer encore plus souvent. D'autres techniques incluent des jeux plus axés sur les compétences conçus pour créer la sensation d'être un expert afin que les joueurs se sentent mieux dans leur peau.

Il existe également différents types de méthodes de gamification qui ne sont pas couramment utilisées en dehors des casinos sociaux. Par exemple, retarder le réapprovisionnement des jetons sans raison, ou donner une somme modique pour jouer immédiatement après avoir payé de l'argent.

Accès facile aux différentes opportunités de jeu

L'idée est basique. Un joueur doit avoir un accès simple à une variété de jeux et de types de jeux sans avoir à quitter le site ou l'onglet. Les gens deviennent naturellement à l'aise, au point que même une gêne mineure comme cliquer sur une autre page les rend moins enclins à continuer à jouer.

Incertitude de la récompense

L'incertitude du rapport intermittent variable est une technique psychologique utilisée pour créer du suspense chez les gens. BF Skinner (le célèbre inventeur de la Skinner Box, qu'il comparait à une machine à sous) l'a développée sur la base de ses théories. Selon ses études, les gens sont plus émotifs lorsqu'ils ne savent pas s'ils vont gagner ou non. Ce n'est qu'après avoir vu la conclusion que l'attente d'un résultat crée une tension, qui est ensuite relâchée.

D'un autre côté, l'industrie du jeu a reconnu que les quasi-accidents fréquents et les victoires modestes pouvaient encourager les joueurs à jouer plus et plus vite. Quelqu'un qui se sent extrêmement proche de cette "grande victoire" est beaucoup moins susceptible d'arrêter de jouer.

Des pertes déguisées en victoires

Les pertes déguisées en gains sont plus courantes dans les machines à sous avec un grand nombre de lignes de gain ou de méthodes pour gagner. De nombreuses machines à sous ont 25, 50, voire des millions de lignes de paiement, ce qui rend plus probable l'obtention d'une combinaison « gagnante ».

La logique derrière cette idée est que vous gagnerez plus fréquemment car il y a plus d'opportunités de le faire. Bien sûr, les joueurs veulent gagner à chaque fois qu'ils jouent. En conséquence, vous pariez de plus grosses sommes d'argent et continuez à parier parce que vous pensez gagner de l'argent. Cependant, les gains que vous obtenez sur ces machines sont généralement inférieurs aux paris que vous effectuez réellement. Le casino continue de prendre tout votre argent malgré le fait qu'il le fasse progressivement sans que vous vous en rendiez compte.

Renforcement positif audiovisuel

Depuis aussi longtemps que la plupart d'entre nous s'en souviennent, les lumières brillantes et les sons forts et aigus font partie du jeu. Cependant, peu de gens savent qu'ils sont destinés à retenir votre attention une fois que vous les avez remarqués.

La quantité de planification nécessaire au développement d'une expérience audiovisuelle efficace est remarquable. Le son doit être suffisamment fort pour couvrir les bruits extérieurs sans être trop distrayant. Il doit correspondre à ce qui se passe devant vous. Cela donne aux joueurs l'impression que leurs actions font une différence et qu'ils ont un certain contrôle sur le jeu. Les visuels à l'écran sont également importants. Ils doivent être brillants et intéressants, mais pas assez intenses pour interférer avec le gameplay. Quelque chose simplement pour votre plaisir…

Caractéristiques induisant une zone

En ce qui concerne les causes et la perpétuation de la dépendance au jeu, nous avons dit que la dépendance est souvent une stratégie d'adaptation qui tourne mal lorsqu'elle est utilisée pour fuir des sentiments inconfortables. "La zone", introduite à l'origine par la scientifique Natasha Schull, est cruciale pour comprendre ce comportement.

La "Zone" est un état d'esprit dans lequel un joueur est absorbé par le jeu au point de perdre la notion du temps. Ils peuvent passer des heures immergés jusqu'à ce que quelque chose les interrompe et les sorte de leur « transe ».

Les effets sonores et les éléments visuels sont deux éléments principaux qui conduisent les joueurs dans la Zone. Cependant, il y a un troisième facteur à considérer lors du développement de jeux sur lesquels se concentrer. La vitesse de jeu est le composant le plus essentiel. Les joueurs s'ennuient si le jeu est trop lent et s'irritent s'il est trop rapide. Les concepteurs de jeux ont donc commencé à concevoir leurs jeux avec l'intention de répondre aux préférences des joueurs à l'esprit.

Bien qu'il y ait certains avantages à utiliser la lecture automatique, il y en a aussi un qui rend ces préoccupations obsolètes. Le jeu automatique n'a rien de nouveau dans le monde des jeux d'argent. C'est devenu monnaie courante dans l'industrie du jeu et personne ne s'en soucie plus. Ce que les gens ne réalisent pas, c'est que cela peut être assez dangereux dans des circonstances spécifiques. Vous n'êtes pas obligé de jouer après avoir appuyé sur lecture automatique ; au lieu de cela, le jeu se déroule automatiquement et vous ne réalisez peut-être même pas combien de temps vous avez passé à jouer ou combien d'argent vous avez dépensé jusqu'à ce que le jeu soit terminé.

Pensée finale

La dépendance au jeu est beaucoup plus difficile que la plupart des gens ne le croient. Son mélange de causes biologiques et psychologiques en fait un adversaire difficile à combattre. Si vous ou quelqu'un que vous aimez risquez de devenir dépendant, nous vous recommandons fortement de lire notre article sur les symptômes et le diagnostic du jeu problématique. S'il vous plaît suggérez notre article sur la façon de surmonter le jeu problématique, ainsi que notre liste de centres d'aide sur le jeu problématique, si vous connaissez quelqu'un qui est déjà aux prises avec des tendances de jeu problématique.

fr_FRFrench